Tahni Txe'lan
Avatar RPG
Bonjour,
Nous vous souhaitons la bienvenue sur AVATAR RPG !

L'équipe AVATAR RPG



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
¤ AVATAR RPG ¤

-- ANNONCE --


Partagez | 
 

 Tahni Txe'lan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tahni Txe'lan
Na'vi
Omaticaya
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/07/2012
Age : 23

Feuille de Personnage
Inventaire:
Points RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Tahni Txe'lan   Mar 3 Juil - 13:11

La tête dans les étoiles...

# Identité
Nom: Txe’lan
Prénom: Tahni
Âge: 18 ans
Sexe: Femme
Clan: Omaticaya

# Physique
Pour une na'vi, Tahni n'est pas très grande. Elle mesurera quelques centimètres de moins que ses compatriotes, qu'elle utilisera a son avantage par une vitesse légèrement supérieur lors des courses, ou encore pour se frayer plus aisément un chemin a travers la broussaille. Sa taille lui conférera aussi une allure légèrement différente, comme des hanches un peu plus saillantes ou une poitrine un peu plus voyante. Sinon, comme tout ses compatriotes, elle a une peau profondément bleu, aux rayures clairsemées plus foncées, et aux points scintillants répandus un peu partout, mais trouvant leur zénith vers son dos, ou sur son front, formant de belles arabesques une fois la nuit tombée. Elle dispose aussi de la même allure féline, aux oreilles trouées d'anneaux ou de quelques plumes colorées venant de créatures diverses, récupérées par hasard, ou pas... ; Et à la queue rayée, au même titre que le reste de sa personne. Ses cheveux, quand à eux, sont noir, tendant vers le brun du tronc des arbres, joliment bouclés et ondulés, quand elle les laisse vaquer en liberté, ce qui arrive la plupart du temps. Elle est d'ailleurs assez fière de sa parure, lui conférant cette petite touche naturelle et sauvage, qu'elle pense venir d'Eywa, et l'aidant de sa pensée de l'intégration. Ceci a également certains inconvénients, comme les mèches qu'elle a plus courte au niveau du front, mais assez longues, néanmoins, pour se glisser dans dans son champs de vision, et qu'elle doive les écarter d'un geste de la main, qu'elle a longue et effilée. Et sinon, quand l'humeur n'est pas à la liberté capillaire, elle les tresse, mèches à mèches, demandant du temps et du courage, mais pour arriver à un résultat qu'elle juge apte à une situation d'apparat. Gis également parmi cette masse le lien, longue tresse plus longue que le reste de sa toison. Ses yeux, quand à eux, sont grands, et vert, tendant sur le jaune ou le brun. " Les yeux sont le miroir de l'âme", dit on parfois. Eh bien, parfois, ceci est vrai. Un simple coup d'oeil vers ceci vous emporte dans l'intensité d'une âme complexe et vivace, dans les méandres de l'imagination et de l'insouciance... Son nez, comme ses congénères, aplatit, a une forme agréable, et s'apparente bien à la forme de son visage ovale. Ses lèvres, quand a elle, largement plus foncé que sa peau, sont rebondies et féminine, et contribue à former un sourire chaleureux et joviale.

Passons maintenant à ses différentes parures, choses indispensables dans une vie en société. Elle portera de manière systématique, tout les jours, sans exceptions, le même tour de cou, fait de brindilles et de racines entrelacées, maintenant sur le même axe des perles de verres colorées. Communes à ses journées, elle portera également une paire de mitaine de cuir, recouvrant, paradoxalement, l'intérieur de ses paumes, comme d'intérieur de ses indexes, et de ses majeurs, et non pas l'extérieur de ses mains, dans le but d'empêcher les brûlures créées par la chaleur des cordes d'un arc. Il y a aussi à son habitude vestimentaire des sandales, faites de lanières rouges savamment agencées par sa mère, enroulée les unes sous les autres, formant là aussi un chemin de perles sang et cristallines. Également là: bracelets de plumes ou de feuilles, irisées et lumineuses, au couleurs exotiques et nuancées. Comme vêtement, cette fois ci, on la verra communément avec, pour tout haut, une lanière de cuire, passant au dessus de sa poitrine, sous ses aisselles, puis dont les deux bouts se réunissent en un nœud solide dans le dos, ornée de plumes pendantes et de perles, aidant bien souvent à les maintenir. Elle pourra aussi porter un haut, composé d'un morceau de tissu violine transparent, maintenu, sous ses bras, et autour de sa taille, par des bandes de tissus violet opaque. Celui-ci sera plus communément porté lors de ses rares moments d'apparat, quand elle décide de se montrer au grand jour, restant bien souvent discrète, ne désirant sûrement pas attirer les regards sur ce qu'elle était - ou qu'elle pensait être. Et, bien sûr, quand le moment est à la chasse, ou au grande et longue promenade forestière, elle ne portera pas de haut, considérant comme handicapant et diaboliquement ralentissant ces vêtements. Comme bas, la demoiselle porte communément une culotte na'vi, taillée pour l'espèce, fortement pratique pour la course ou la chasse, dévoilant ses jambes, assez longues, bien qu'elles ne soient pas un atout en somme. Également, par soucis du détail, par superstition ou par caprice, elle enroule autour de sa taille une sorte de ceinture, bien que celle-ci eut plus ressemblée a un collier grossièrement réalisé qu'à une vrai ceinture. Elle-ci est formé par une longue ficelle, assombrie par les années, où sont accrochés irrégulièrement plus, feuilles, os ou tout autre chose servant de "porte-bonheur" potentiel. Après tout, qui ne tente rien, n'a rien!

# Mentalité
Comment décrire l'indomptée? Peut-être serait-il préférable de commencer par le plus général... Visuellement, Tahni est une demoiselle plutôt fougueuse et vivante. Comme l'aurait été un ikran dans sa jeunesse, elle ne se souci ni du temps, ni du monde, ni des règles qu'il impose, tant qu'elle pourra y vivre, en liberté. Ce dernier point est relativement important à prononcer. Habituée aux grands espaces depuis sa plus tendre enfance, et bénéficiant encore de l'inconscience naïve que lui procure son âge, elle ne connut que rarement la sensation de l'enfermement, et celle ci lui est particulièrement insupportable. Tout ceci serait une description général sur son comportement habituelle. Si nous prenons la peine de frotter avec un peu plus d'insistance, la jeune na'vi candide et amicale se révèlerait posséder des tournures plus sombres et moins chaleureuses... Tout d'abord, la na'vi vit en permanence, avec quelques néfastes ressenties, perfides et insidieux, qui corrompent jalousement la pureté. Tout d'abord le manque de contrôle de ses sentiments. Étant, depuis ses premières années, assez seule, elle n'a pas put connaître la joie d'avoir beaucoup d'autres amis na'vis, la rendant franche et bien difficile à gérer au premier abord. Ne maîtrisant pas vraiment la technique de la sociabilité, elle apparaîtra soit timide, soit bien chaleureuse, et pouvant, paradoxalement, passer du coq à l'âne en quelques secondes, involontairement déroutante. Mais n'ayez crainte, elle se rétractera très vite si il arrivait qu'elle vous choque, car elle remarque bien souvent les choses. Elle est aussi victime d'une forte culpabilité, et d'une sensation d'infériorité permanente, poison peut-être le plus venimeux de tous. Victime de problème d'ordre médicale, soit d'une phobie profonde pour les hauteurs, et la peur du vide, elle sait qu'elle aura du mal à se trouver un jour un ikran, et a se faire accepter par son clan. Ceci la rend vulnérable, et complexé par ce cruel défaut. Elle aura donc la fâcheuse manie de se rabaisser souvent... Elle aura aussi une mauvaise tendance à désobéir au règle ou encore un cruel manque d'attention, rapidement partie dans une contemplation du ciel et de ses lumières, ou des rêveries intenses sur la beauté du monde, ou sur ses envies profondes...

Alors, si vous la croisez, n'ayez crainte! Si vous ne comprenez pas son jeu, regardez au plus profond de ses yeux, pour y apercevoir la vérité...

# Histoire
Que feriez vous si vous étiez seul?

Trois ans après la grande bataille qui opposa les omaticayas, ainsi que de nombreux autres tribus Na'vi, guidés par le puissant toruk makto Jake Sully, et les humains farouches de la RDA, naquit une jeune na'vi qui allait, pendant de nombreuses années durant, devoir trouver la réponse à cette question. Il fut évident qu'elle ne pourra confier ce qu'elle en déduit à personne... Du moins, jusqu'à maintenant, peut-être... Ce petite fille fut appelée Tahni. En dialecte natif, cela veut dire étoile. Peut-être ce clin d'œil vient-il du fait qu'elle soit née en pleine nuit, ou des formes incertaines que prennent ses tâches lumineuses sur son dos? Seule ses parents le saurèrent. Enfin, à présent, on ne pourra poser la question qu'a sa mère, une na'vi pas forcément jolie, ou imposante, mais dont la force de caractère et l'ambition étaient tels qu'ils imposaient le respect... Quoiqu'il en soit, la demoiselle fut élever dans la plus pure respect des enseignements d'Eywa, bien que leur famille ne fut pas très élevée socialement. Le père, Toerak'tan, était un chasseur, rapide et rusé. Il n'était pas le plus reconnu, mais accepté et écouté par ses pères. Sa mère, elle, agissait comme assistante et aide de la précédente Tsa'hik. Ce fut elle qui transmit à la na'vi son aspiration Shamanique.

Mais, soit, nous nous égarons quelques peu. Durant ses huit première années, Tahni était une enfant fougueuse et rêveur, qui partait couramment avec quelques amis de passage explorer la forêt et ses environs, avant de remonter passer une bonne nuit de sommeil bien mérité dans les douillets hamacs de l'arbre-maison. Volage, elle ne tenait rarement qu'une heure ou deux en place avant de repartir pour de folles aventures. Elle commença très tôt a apprendre à se servir d'un arc, et de dagues, bien qu'elle soit plus douée dans le combat à distance. Cela-dit, elle parvenait sans trop de mal a se défendre au corps à corps contre d'autre jeunes gens. Bref, à cette époque, sa vie se déroulait calmement dans la plus pure insouciance, sans grandes peurs pour autrui, et sans aucunes tensions quelconque. Peut-être ne réalisait-elle pas, alors, ce que le danger signifiait...

Deux ans plus tard, alors âgée de dix ans, Tahni fut prit d'une envie soudaine. En même temps que les début de l'adolescence, la demoiselle était prise d'une furieuse envie de découverte. Mais, attention! Sans aucun rapport avec le savoir et l'apprentissage. Et les courts, dont elle disposait à l'école, lui conférer pour toute aide, quelques heures de sommeil en plus, et des phrases, saisies à la volé, marquant un peu son esprit. Non, cette curiosité vorace, elle la nourrissait pour la nature, la vie, la forêt, toutes ses choses matérielles qu'elle croisait tout les jours sans jamais avoir put les regarder de plus près. Même la plus petite chose attisait en elle le plus violent désire d'étude. Elle passa à ce moment là la plupart de son temps dans la jungle providentielle autour de l'arbre-maison, à regarder et rêvasser librement, observant la moindre chose. Cette gourmandise soudaine et intarissable la conduira l'enfoncera dans les peurs les plus profondes... Peu de temps plus tard, une matinée, le soir était à la fête. On commémorait l'anniversaire de la victoire du peuple Na'vi sur les humains. Alcool, joie et bonne humeur était également présent au rendez vous. Les adultes, entre eux, s'amusaient gaiement, sous le regard de Eywa, qui devait trouver bien étrange cette coutume chaleureuse. Assez chaleureuse, d'ailleurs, pour que l'on ne s'aperçoive pas de la disparition d'une petite fille...

La na'vi était prise d'une envie soudaine et étrange. Elle n'avait jamais fait plus attention avant, à l'arbre-maison. A son imposant tronc, a ses branches titanesques, a sa mousse douce et verte... Non, c'était la première fois qu'elle le voyait dans toute sa splendeur. Car, depuis peu, elle avait appris a aimer les couleurs. Les vives, les fortes, celles que l'on voit de loin, que l'on envie, et que l'on admire. Cet amour, d'ailleurs, la suivra toute sa vie jusqu'à maintenant, et elle aimera chercher les couleurs partout, principalement la nuit. Mais nous verrons cela plus tard... Retrouvons Tahni, S'agrippant a une branche, un peu plus haute que le niveau des hamacs. C'était la première fois qu'elle voyait l'arbre maison aussi resplendissant, aussi beau, qu'elle avait éprouvé le désir de l'escalader, pour l'observer d'un peu plus près. Et elle avait eut, à tort, la juste réflexion que, à considérer sa hauteur, elle pourrait, des branches les plus élevées, contempler la forêt de nuit comme elle ne l'avait jamais fait auparavant, et que cet expérience inédite, serait pour elle l'apogée de sa farouche curiosité. Ses yeux seraient rassasiés, enfin... Elle lança en regard vers le haut. Encore quelques mètres, et elle aurait atteint les trois quart de la hauteur totale. A cette hauteur, les voix et les bruits venant des autres êtres bleus en contre bas n'étaient plus que de pâles échos, de simples filets de sons éphémères qui ne duraient pas longtemps. Soudain, une sensation brusque, soudaine, terrifiante, horrifiante, glacée s'empara violemment d'elle, crispant son ventre à l'extrême. " Et si je tombais? Allons, sois sérieuse, et continu de monter, ça ne peut pas arriver..." Les mots qu'elle pensait pour se rassurer n'étaient pas très efficaces, bien qu'elle se persuadait du contraire, et c'est la peur dans l'esprit qu'elle saisit une branche un peu plus haut. Eywa, pourquoi avoir créé l'ombre, qui corrompt les yeux des tes enfants, au point de les tromper sur ce qu'ils pensent voir?

Dans sa longue chute, Tahni lui sembla que le temps avait ralentis, et qu'elle était à présent en face de la mort, prête à se faire happer par l'enfer, vivant la longue et lente agonie réservait aux faibles, et aux lâches. Alors qu'elle glissait doucement contre le tronc, des idées grotesques et futiles lui venait à l'esprit, ses cheveux, déjà imposants, battant contre ses oreilles et obscurcissant sa vue: Qu'allait-elle faire? Qu'avait-elle fait? Pourquoi? C'était stupide... Après tout, pourquoi vouloir trouver des réponses alors que la fin était si proche? Elle laissa ouverts, pendant le reste de la descente, ses yeux, pour conserver du monde, une image sereine. C'est ce qu'elle fit pendant quelques secondes, jusqu'à ce que, dans une violente douleur qui lui brisa les bras, quelques branches salvatrices viennent ralentir sa chute, avant qu'une ne l'arrête complétement. On la retrouva le lendemain matin, après une longue nuit de sanglot, de complainte, de jappement et de lamentation. Elle resta alitée trois mois, se rétablissant tant bien que mal, harcelée par une vive et piquante douleur, l'esprit à présent torturée, enfermée par la peur, en cage, dans une boîte de constante crainte. C'est de cette expérience traumatisante que naquit sa fin, et qui créa son fardeau, sa peine, et ce qui causerait sa souffrance permanente. Le mal des hauteurs. La peur du vide. Le vertige. Toutes ces choses qui nous semblent bien futiles, mais qui, pour une na'vi, peuvent causer le plus grand trouble. Tahni savait ce qu'elle perdait: une place au sein de son clan, ses chances d'avoir un ikran, ses rêves de chasseresses émérites, qui viendrait du ciel, ses amis...

Une fois complétement rétablie, la na'vi tenta de monter à nouveau dans son foyer, espérant éliminer les craintes causées par sa chute. Mais, au bout de quelques mètres, elle savait que c'était déjà finit. Ses jambes, en coton, tremblaient, et, de concert avec ses bras paralysés, refusaient de bouger. Son ventre, quand à lui, tordu à l'extrême, témoignait que le mal dont elle souffrait n'était pas partit, alors qu'elle n'était qu'à quelques mètres du sol. C'est l'esprit flou et brumeux qu'elle regagnait terre, où elle trouvait là quelques délivrances. " ça partira peut-être avec le temps..." Se dit-elle. Mais, alors que ses seize ans approchaient à grands pas, elle ne pouvait toujours pas s'élevait, toujours en proie à son mal silencieux. Il avait alors finit de la torturait, et de changer sa façon de penser, et d'agir. Elle se faisait de plus en plus discrète, de plus en plus petite. Dés qu'elle arrivait quelque part, ses autres congénères la fixaient, discutant à voix basse, petites messes basses assassines, ou se dressaient devant elle, du haut de leurs trois mètres, barrant le passage aux "peureux", la considérant de leurs yeux verts en petite femme inférieur et lâche. C'était, du moins, ce qu'elle concevait. On la bouscula, la railla, on se moqua d'elle... Tant et si bien qu'à ses treize ans, elle avait presque complétement disparue. Envolée, partie, oubliée des esprits et des pensées, où y revenant en tant qu'ombre sortie du passé. On ne la voyait plus, ou si peut-être, un fantôme discret, agile et absent, que l'on ne distinguait que quelques secondes, après quoi elle s'évaporait, comme si on ne l'avait jamais vu. En réalité, Tahni avait alors décidé de s'installer à quelques encablure de l'arbre-maison, dans une petite crevasse béante, assez confortable, bien isolée, et, en pleine nuit, éclairée par mille lumières. La féline bleue l'avait accommodée tant bien que mal, avec quelques objets récupérés de ci de là, la rendant plus habitable, si jamais, par magie, il lui arrivait de recevoir de la visite. Assez proche de son ancien foyer, elle pouvait y retrouver sa mère régulièrement, où celle-ci lui confiait présents, nouvelles et victuailles, avant que sa fille ne retourne vivre sa vie d'exile, condamnée par sa condition à la réclusion, dans la nature. Enfermée dehors... N'est-ce pas paradoxale?

Mais parfois, l'isolement a du bon. Peu de temps après son installation, elle s'était remise à l'entraînement, et savait maintenant tirer avec brio, rapide et précise. Son séjour prolongé dans la nature qu'elle chérissait tant lui avait valut de repérer et de décoder les signes, les pistes, et de chasser les bêtes pendant des jours jusqu'à retrouver celle qu'elle cherchait. Petite, elle se glissait dans des cachettes astucieuses pour observer la nature sous un angle nouveau. Le temps n'avait plus vraiment la même valeur, et elle pouvait passer des heures à regarder la même chose. Il lui était même donné d'entrer en contacte avec la nature, ou d'observer des Thanator de ses propres yeux, les créatures qu'elle affectionnait le plus et qu'elle rêvait un jour de monter... Mais connaissant leur nature sauvage, elle préféra oublier cette idée, du moins, pendant un temps... Pendant ce temps, elle apprenait à entrer en contact avec le monde qui l'entourait, durant des prières longues et concentrées qu'elle adressait à sa déesse mère. Mais, aussi, elle découvrait la jungle, de nuit. Jadis, elle n'avais jamais put l'observer, sortir de nuit lui étant interdit. A présent, elle pouvait profiter de balade nocturne autant qu'elle le désirait, passionnée par ses lumière dansante, charmée par cette infini de couleurs... Tout cela constitué son nouveau monde, sa nouvelle vie, qu'elle acceptait tant bien que mal...

Bien qu'un jour, quand la demoiselle eut dix-sept ans, il lui revint quelques souvenirs, quelques bribes d'un passés lointain et vacillant, enfouit au plus profond de son âme tourmentée par la honte. Ces flashs, ces travaux de mémoire, lui rappelait son enfance, sa vie auprès des autres na'vis. La solitude avait longtemps noircit son coeur, au point d'en oublier les usages, mais naissait à présent en elle la nostalgie, et l'envie inconsciente de revoir de ses semblables. La vie en société lui manquait un peu, au fond. L'envie de revoir des visages, de rire a nouveau, de raconter ses journées à quelqu'un, a quelques oreilles attentives commençaient à l'étreindre. L'envie, également, de montrer de quoi elle était capable, et de se surpasser pour servir son clan, pas seulement elle même, l'attrapait et l'envelopper étrangement, et, bientôt, on pouvait la voir rôder autour de l'arbre maison, croiser son ombre, ou sa silhouette, dans la cohue d'une foule, même si elle ne s'engouffrait toujours pas plus loin que la court d'entrée. Instinctivement, elle resserra son territoire de chasse autour de l'arbre,

De temps à autre, elle apercevait des chasseurs, au loin, mais s'enfuyait bien souvent, la peur et la honte se refermant sur son coeur. Mais, qui sait, un jour, rencontrera-t-elle enfin ceux qui la sortiront de sa torpeur, et reviendra-t-elle vivre, près de l'arbre-maison, où séjournent ses frères et soeurs, sous le regard d'Eywa... ? Car souvent, seule le soir, elle se surprenait à rêver, les cheveux trempés par la terre, la main avalée par la boue, le nez perdu dans les étoiles, à une guerrière anoblie planant sur un ikran magnifique, les tresses dans le vent, la peau colorée de milles peintures, entourée de ses sœurs et ses frères… Une chasseresse nommée Tahni…

# Autre
Comment avez vous connu le forum : Par l'ancien forum! J'ai été absente pendant une très (trèèèèès) longue période, j'en suis désolée. Je voulais passer mon bac premièrement, et revenir rp ensuite, ne pouvant mêler les deux ( eh oui, foutus études >.<). Mais le forum avait été redirigé... Je viens donc poser ma pomme ici ( de nouveau!) après avoir passé mon dernier oral hier!
Quel est votre prénom : Camille, très cher.
Sur 7 jours, combien de jours allez vous vous connecter : Heu… Spontanément? Très franchement, je n’en ai aucune idée. x) Le plus souvent possible ~

Merci pour tout! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyara
Na'vi
Omaticaya
Administrateur
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24
Localisation : Arbre maison

Feuille de Personnage
Inventaire:
Points RP:
4/500  (4/500)

MessageSujet: Re: Tahni Txe'lan   Mar 3 Juil - 13:57

Bienvenue sur avatar RPG

Personnellement je n'ai rien à redire, pour moi c'est tout bon ^^
Je te valide et je laisse le fondateur s'occuper de te mettre ta couleur et ton rang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calvin Broadus
DÉCÉDÉ
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 25/06/2012

Feuille de Personnage
Inventaire:
Points RP:
4/500  (4/500)

MessageSujet: Re: Tahni Txe'lan   Mar 3 Juil - 15:01

Bienvenue sur AVATAR RPG Smile !

Je te met tes couleurs ainsi que ton rang. Bon Rp parmi nous Wink !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narri'Ekaie
Na'vi
Omaticaya
Administrateur
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 25
Localisation : Univers, Terre, Canada, Québec, Beloeil

Feuille de Personnage
Inventaire:
Points RP:
4/500  (4/500)

MessageSujet: Re: Tahni Txe'lan   Mar 3 Juil - 16:20

Tient tient... c'est une Na'vi que j'ai déjà rencontré ça... Bienvenue à toi =)

_________________
--------------------------------
Les Na'vi se laissent bercer aux bruits de la vie que l'amour prend parti.
Esirle Na'vi gu fade ni'vamnaye ar voklaw dri irl jial qeg tregrae gofirtae djiop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tahni Txe'lan
Na'vi
Omaticaya
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 03/07/2012
Age : 23

Feuille de Personnage
Inventaire:
Points RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Tahni Txe'lan   Mer 4 Juil - 16:32

Merci beaucoup à vous tous! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tahni Txe'lan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tahni Txe'lan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avatar RPG :: Préface :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: